Prix du bitcoin (moyenne sur 24h)

EUR 4782 € -0.73%
USD 5650 $ -1.03%
CAD 7058$ -0.99%

Le gourou n’est pas sympa

A la veille de la Pentecôte, l’esprit aurait pu descendre sur Monsieur Pascal Ordonneau. Il nous faudra encore attendre.

Son article Le Bitcoin entre monnaie et chaîne de Ponzi n’ajoute (ni ne retire) fondamentalement rien à ce qu’il publie en moyenne tous les 15 jours (liste) et reproduit largement l’argumentaire déjà présent dans Le Bitcoin entre crédules et crapules. Continuer la lecture

Prochaine réunion du Cercle du Coin

Le Cercle du Coin, qui vient déjà d’accueillir avec ACINQ (Pierre-Marie Padiou et Fabrice Drouin) son 30ème membre, se réunira lundi 4 avril 2016 à 18 heures au Sof’s Bar, 43 rue Saint-Sauveur à Paris.

Il ne s’agit pas de l’Assemblée Générale Annuelle, qui a eu lieu le 25 janvier et dont le compte-rendu est consultable en ligne sur le site de l’Association (ici). Continuer la lecture

Bitcoin et les Proudhoniens

Le Monde Diplomatique a publié (en page 3 de sa livraison de mars) un article intitulé  « le banquier, l’anarchiste et le bitcoin » dont la lecture complète est payante, mais aux deux sens du terme. L’auteur, Edward Castleton, est un universitaire américain, actuellement associé au Laboratoire de recherches philosophiques sur les logiques de l’agir de l’Université de Franche-Comté. Continuer la lecture

Communiqué du Cercle du Coin

Fondé dans les dernières semaines de 2015, le Cercle du Coin regroupe à ce jour 26 membres offrant une très grande variété d’origines, de profils et d’expériences : 7 fondateurs travaillant en France, Belgique et Suisse, rejoints par 5 entreprises (travaillant à Paris, Toulouse, Vierzon et Luxembourg) et 14 membres particuliers dont 7 chefs d’entreprises. Continuer la lecture

Bitcoin entre le Droit et la Force

Maître Hubert de Vauplane, est avocat associé du cabinet KRAMER LEVIN NAFTALIS & FRANKEL. Il est aussi professeur associé à Paris II (Assas) et ancien responsable de la conformité du groupe CA. Il s’intéresse depuis longtemps au bitcoin, que ce soit sur son blog (sur Alternatives Économiques ) ou dans la revue Banque, et participe à de nombreux événements.

Continuer la lecture

Nouveau méfait ?

Après Evacuation Squad et la Ponzi chinoise, pourquoi pas la fusée nord-coréenne ?

J’offre une bière au Sof’s Bar (financée en bitcoin par la généreuse prime que m’a versée ce site !) au premier qui me trouve avant vendredi 18 heures (local time) une coupure de presse en langue française mettant en cause le bitcoin dans le financement du tir, ce matin, d’une fusée longue porte par la République Populaire Démocratique de Corée (lire dans Le Monde).  Je souhaiterais que ma proposition soit largement relayée, notamment auprès de la presse mainstream !

Continuer la lecture

Souverainement

La presse de ce jour  (le Monde, Rue 89, etc) a annoncé l’enterrement du projet de Cloud souverain à la française. C’est certainement un sujet compliqué, un dossier énorme…. mais chacun sent bien qu’il y a un problème français, et que ce problème a quelque chose à voir avec le mode d’intervention de l’État, sans que soit pour autant évidente la nature du défaut : caractère suranné du colbertisme ? frontières par trop poreuses entre la haute administration et la direction des « champions nationaux » ? réticences culturelles face à de réelles remises en cause des structures ? Continuer la lecture

Intelligence ?

Ce mot, on le sait, n’a pas le même sens en français et en anglais.

La crispation des autorités contre la cryptographie suggère soit qu’elles pensent en anglais, soit qu’elles se méfient des gens intelligents autant que des poseurs de bombe.

Il me semble que le danger vient directement et matériellement des seconds. C’est ce que démontre un article très intéressant qui a été publié sur le site du Monde. Il rappelle que « Le terrorisme ne se nourrit pas de la technologie, mais de la colère et de l’ignorance » Sa lecture fournit un argumentaire qui va s’avérer bien utile dans les semaines à venir.

Vendredi, j’assistais au séminaire de crypto de la rue d’Ulm. En regardant ces jeunes gens brillants, j’ai soudain pensé à Turing.

Alan Turing était différent et il était génial. Il n’aimait sans doute ni la guerre, ni les militaires, ni les rodomontades de politiciens. Et comme il ne répondait pas aux standards du conformisme de l’époque, il fut persécuté, alors même que sans lui, la guerre eût peut-être connu un tour différent.

sous marin

Si jamais une guerre doit être faite, nos pays auront besoin de matheux, de cryptologues, de développeurs. Même aussi incompréhensibles que ceux de la rue d’Ulm, même aussi différents de nos fonctionnaires que ne le sont les développeurs que l’on rencontre dans les meet-up. Même s’ils dérangent les autorités comme Turing naguère, même si certains sont anarchistes, même si certains sont zadistes, même si presque tous violent la loi hadopi. Même s’ils  fument des pétards. Même s’ils vivaient en trouple, et même chose plus scandaleuse encore s’ils préféraient le bitcoin à l’euro… la liberté aura plus besoin d’eux que de politiciens hargneux parce que faibles, maniaques du contrôle social par ce qu’ils ont renoncé à notre souveraineté, soupçonneux envers les gens intelligents parce qu’ils sont d’une banalité terrifiante.

L’État islamique et la cryptographie

A côté du bitcoin, censé aider et financer les poseurs de bombes, la cryptographie fait partie des cibles des pouvoirs publics, dont les diatribes de plus en plus martiales sont souvent trop complaisamment relayées par une presse facilement embrigadée.

On lira donc avec intérêt cet article qui explique comment l’État islamique sécurise ses communications et la pièce annexe qui se présente comme la traduction en anglais du manuel des terroristes.

Ce qui me paraît intéressant ce sont beaucoup moins les conseils, classiques (voire de simple bon sens en ce qui concerne la recherche du secret) que la ressemblance avec les conseils déjà donnés aux journalistes d’investigation et aux lanceurs d’alerte.

Si tous les moyens d’anonymat sont interdits voire simplement munis de porte d’entrée, il faut donc savoir (et surtout faire savoir!) que ce sont les enquêtes indépendantes dans la presse et les alertes éthiques dans les ministères et les entreprises qui seront supprimées.  Quand on sait que la presse appartient déjà pour une large part à des milliardaires pour la plupart impliqués dans la vente d’arme et donc dans des relations « secrètes » par nature, on comprend que l’enjeu de la confidentialité des communications, qui est présenté comme purement « sécuritaire », est bel et bien un enjeu politique.

Communiqué de presse du « Cercle du Coin »

La nouvelle association entend ne pas laisser aux institutions financières traditionnelles et aux autorités de régulation le monopole du discours sur le bitcoin. Pour cela, dans un contexte difficile, elle veut unir les initiatives et les promouvoir, coordonner et fonctionner en relais avec les divers sites internet, les multiples meet-up, les repas amicaux où se réunissent spécialistes et curieux du bitcoin. Continuer la lecture