Iran, Bitcoin et embargo

0
51

Officiellement il n’est pas possible en Iran de miner ou d’échanger librement des bitcoins. La presse s’est largement fait l’écho d’une saisie de « 10 000 machines » dédiées au minage. Ce qu’elle ne dit pas en revanche c’est ce que sont devenues ces machines. Il est peu probable en effet que leur nouveau propriétaire, qui n’en est sans doute pas à sa première saisie, les ait laissées à l’abandon. On peut raisonnablement penser que le minage d’Etat est déjà, au moins à titre expérimental, une réalité en Iran (et sans doute ailleurs).

Certes la république islamique craint la fuite des capitaux et perçoit Bitcoin comme une menace, mais certains dignitaires voit également dans les cryptomonnaies une solution possible pour lutter contre l’embargo.

Interrogé par l’agence de presse Mehr, le député Ali Akbar Karimi, membre du Comité économique du Parlement iranien, aurait ainsi déclaré : « L’exploitation de crypto-monnaies est devenue une activité courante et généralisée en Iran et consomme beaucoup d’énergie, ce qui pose des problèmes pour le pays, en particulier pendant la saison chaude. Un mécanisme devrait être défini pour contrôler la consommation d’énergie et punir également ceux qui exploitent des mines en utilisant des tarifs d’électricité subventionnés […]. L’utilisation de monnaies numériques est une bonne solution pour contourner les sanctions, mais elle doit être réglementée ».

Aujourd’hui Bitcoin ne pèse rien et ne constitue pour aucun pays un enjeu économique sérieux. Une forte hausse du cours pourrait cependant modifier la donne. Dès lors Bitcoin pourrait être à la fois un débouché nouveau pour l’énergie produite par les pays sous embargo  – notamment pour le gaz naturel iranien [1] – et un moyen de poursuivre des relations commerciales avec le reste du monde en contournant les sanctions américaines.

Reste le problème, pas totalement insurmontable, de l’entrée du matériel sur le territoire.

 


[1] Il ne serait évidemment pas souhaitable que des pays sous embargo américain se mettent à consommer massivement des ressources fossiles… Pour éviter cela il n’y aurait alors pas d’autre solution que de lever les sanctions, ou, dans le cas de l’Iran, que de respecter les accords passés.