Prix du bitcoin (moyenne) à 03h29

EUR 2017.83 € -2.89%
USD 2253.26 $ -2.55%
CAD 3084.11$ -1.74%

Conférence de presse de l’AMF

Benoit de Juvigny, secrétaire général de l’Autorité des marchés financiers (AMF) a présenté à la presse un document d’analyse consacré à évolution des marchés et au financement de l’économie. Un chapitre entier est consacré aux risques associés aux monnaies dites « virtuelles ».

Cartographie 2014 des risques et des tendances sur les marchés financiers et pour l’épargne
Extrait du document présenté à la conférence de presse du 4 juillet 2014 :
Les risques associés aux monnaies virtuelles

Définition d’une monnaie virtuelle :
– Toute monnaie non régulée et numérique, émise et généralement contrôlée par ses développeurs, utilisée et acceptée par les membres de communautés virtuelles spécifiques
– Avantages affichés : moindre prix de transaction, rapidité d’exécution, caractère quasi universel et indépendant du système bancaire traditionnel

Un développement très rapide :
– Diverses monnaies
– Hausse du nombre de transactions


Enjeux de protection des investisseurs :
– Facteur d’instabilité financière : risque de bulle, volatilité extrême 
– Risque juridique et réglementaire : aucun cadre légal protecteur
– Risques opérationnels, de contrepartie, de liquidité, de non-exécution, de marché, comptables
– Pour l’instant, réponses principalement fiscales


Commentaires d’Olivier Vigna, chef économiste  de l’AMF :

« Sur les 70 monnaies virtuelles dans le monde, le bitcoin couvre 90% du marché. […] Nous souhaitons que les investisseurs comprennent bien l’ampleur des risques attachés à ces monnaies. […] L’absence de qualification et de cadre juridique protecteur est un risque important, [tout comme le fait que] les plateformes d’échanges ne respectent pas le cadre réglementaire ».


Un point positif tout de même : sans nommer à aucun moment GHash.io, l’autorité de régulation semble préoccupée par la manière dont certaines coopératives de mineurs menacent de contrôler le réseau et auraient ainsi leur capacité de manipuler les transactions. Selon l’ABE, des règles sont nécessaires pour empêcher ceux qui détiennent une importante puissance informatique de modifier à leur guise un système de monnaie virtuelle… On ne peut qu’adhérer à ce dernier vœu. 


Source : amf-france.org

Partager: