Du paternalisme bancaire

14
22

Diffusée lundi sur le compte Twitter de Crypto Révolution, cette réponse de la Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Atlantique Vendée à un client qui demandait des explications, suite au refus d’une demande de virement vers la plateforme d’échange Kraken, a rencontré un certain succès au sein de la communauté « crypto ». Il faut dire que, en plus d’être révélatrice de l’idée que les banques se font de leur rôle, cette réponse constitue un argument massif pour l’utilisation de Bitcoin :

« Nous revenons vers vous suite à votre réclamation relative au rejet d’une demande de virement d’un montant de XXX euros, à destination d’un compte ouvert en Estonie, IBAN XXX, au nom de la socéité KRAKEN, PAYWARD LTD.

La socété KRAKEN est une plateforme d’échange de crypto-monnaies.

Nous ne pouvons que confirmer les termes du courrier qui vous a été adressé le 29 janvier dernier par le service Flux et Moyens de paiement.

Compte tenu des risques associés à un investissement sur ces actifs spéculatifs, la Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Atlantique Vendée adopte une position de prudence, afin de protéger les intérêts de ses clients.

Notre décision est fondée sur la volonté de vous protéger des conséquences financières et patrimoniales pouvant résulter de ces investissements.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur, l’expression de nos sincères salutations. »

 

Interpellée le 30 avril sur Twitter par Jacques Favier, secrétaire du Cercle de Coin, la banque en remet une couche :

« Les banques, et en particulier le Crédit Agricole Atlantique Vendée, ont un devoir de conseil et de vigilance vis-à-vis de leur clients.

L’AMF et la Banque de France alertent régulièrement sur les risques d’escroquerie [1] et de perte liée aux crypto-actif. (bit.ly/YTcrypto) [2]

Les expériences d’un certain nombre de nos clients renforcent notre position de prudence.

Selon le type d’opération et d’appétence aux risques des clients concernés, nous pouvons être amené à refuser certaines opérations.

N’hésitez pas à prendre contact avec votre conseiller habituel pour tout complément d’information. »

Ainsi donc on apprend (si on ne le savait pas déjà) qu’au nom du « devoir de conseil et de vigilance » certaines banques peuvent arbitrairement « être amenée à refuser certaines opérations » y compris lorsqu’il s’agit d’effectuer un virement vers un acteur régulé et réputé.

En attendant le jour où on pourra s’en passer complètement, il est peut-être temps de changer de banque

 


[1] Précisons qu’il ne s’agit pas ici de mettre en garde un client qui s’apprête à transférer de l’argent sur le compte d’un escroc. Kraken n’a strictement rien à voir avec multiples escroqueries dénoncées par l’AMF (et bien plus efficacement encore par la communauté) et qui ne concernent pas plus Bitcoin qu’elles ne concernent le vin ou les diamants également utilisés comme appâts par ces escrocs.

[2] Vidéo d’anthologie à voir absolument 🙂