Prix du bitcoin (moyenne sur 24h)

EUR 16641 € +0.75%
USD 19552 $ +0.69%
CAD 25155$ +0.68%

Lexique

– Adresse : Une adresse Bitcoin est comme une adresse physique ou une adresse email. Il s’agit de la seule information que vous avez besoin de fournir pour qu’une personne vous paie avec des Bitcoins.

– Bloc : Un bloc est un ajout dans la chaîne de blocs qui contient et confirme plusieurs transactions en attente. Environ chaque 10 minutes, un bloc est ajouté à la chaîne de bloc via le minage. Un bloc regroupe généralement entre 1000 et 3000 transactions et est complété par un en-tête qui, en plus de sa somme de contrôle, contient entre autres choses l’identifiant du bloc précédent. A partir d’un bloc quelconque, on peut ainsi remonter jusqu’au bloc initial de la chaîne en vérifiant à chaque pas sa validité.

– BTC : BTC est le code ISO non officiel pour le Bitcoin, le code officiel étant XBT. BTC est souvent utilisé comme une abréviation, de la même façon que USD pour le dollar américain.

– Chaîne de bloc : La chaîne de bloc est un journal public de toutes les transactions Bitcoin, en ordre chronologique. Celle-ci est partagée entre tous les utilisateurs du réseau Bitcoin. Et elle est utilisée pour vérifier le solde des adresses Bitcoin et pour empêcher la double dépense.

– Clé Privée : Une clé privée est une information secrète qui permet de prouver votre droit de dépenser des bitcoins à partir d’une adresse Bitcoin définie grâce à une signature cryptographique. Chaque adresse Bitcoin a sa propre clé privée unique. Vos clés privées sont stockées dans votre ordinateur si vous utilisez un porte-monnaie logiciel tandis qu’elles sont stockés sur des serveurs en ligne si vous utilisez un porte-monnaie en ligne. Les clés privées ne doivent jamais être révélées car elles permettent de dépenser les bitcoins des adresses Bitcoin auxquelles elles sont associées.

– Confirmation : Une confirmation signifie qu’une transaction a été vérifiée par le réseau et que ses chances d’être renversée sont quasi inexistantes. Une seule confirmation offre un bon niveau de sécurité. Quoi que pour les paiements importants ( ex. 1000 $USD et plus ), vous pouvez attendre qu’une transaction ait accumulé davantage de confirmations – 6 confirmations est la norme la plus courante. Chaque nouvelle confirmation diminue le risque d’un renversement de façon exponentielle.

– Cryptographie : La cryptographie est une branche de la mathématique permettant de créer des preuves mathématiques qui offrent un haut niveau de sécurité. De nos jours, tout commerce ou banque en ligne utilise déjà la cryptographie. Avec le Bitcoin, la cryptographie est utilisée pour empêcher quiconque de dépenser les fonds d’un autre utilisateur et pour empêcher la corruption de la chaîne de bloc. Elle peut aussi être utilisée pour encrypter un porte-monnaie, afin qu’il ne puisse être utilisé qu’avec un mot de passe.

– Double Dépense : Si un utilisateur mal intentionné essaie de dépenser ses Bitcoins envers deux destinataires au même moment, il s’agit de double dépense. Le minage et la chaîne de bloc existent pour créer un consensus afin de décider laquelle des deux transactions sera confirmée.

Hash time-lock contracts (HTLCs) : ce sont des contrats qui ne s’exécutent que sous certaines conditions (l’une des parties doit fournir le bon hash satisfaisant ces conditions pour que le paiement soit effectué). Dans le cas où les parties sont multiples, il est possible d’utiliser un réseau de canaux de paiements plutôt que de se limiter à deux utilisateurs : cela permet aux utilisateurs de ne pas avoir à ouvrir sans cesse des canaux.  [Source]

– Canal de paiement (Payment channel) : les canaux de paiement permettent à deux parties d’effectuer des transactions sans toutefois en inscrire la totalité dans la blockchain. Ces deux parties ne se font pas forcément confiance et l’ouverture d’un canal nécessite donc de programmer un contrat qui va automatiquement créditer les parties de leurs coins au prorata du dernier état du canal ayant été approuvé par les deux participants à l’échange. Il faut donc mettre sous séquestre les coins utilisés, grâce à des contrats autonomes. [Source]

– Minage : Le minage de Bitcoin est le procédé d’utiliser du matériel informatique pour effectuer des calculs mathématiques pour le réseau Bitcoin afin de confirmer des transactions et augmenter la sécurité. Comme récompense pour leurs services, les mineurs de Bitcoin collectent les frais de transaction pour les transactions qu’ils confirment et les Bitcoins nouvellement créés. Le minage est un marché compétitif où les revenus sont divisés en fonction du nombre de calculs effectués. Ce ne sont pas tous les utilisateurs du Bitcoin font du minage et il ne s’agit pas d’un moyen facile de gagner de l’argent. [En savoir plus]

– P2P : Pair à pair réfère à une forme de système qui fonctionne comme une collectivité organisée. Permettant à chaque individu d’interagir directement avec les autres. Dans le cas du Bitcoin, le réseau est construit de manière à ce que chaque utilisateur diffuse les transactions des autres utilisateurs. Et aucune banque n’est requise en tant que tiers entre les utilisateurs.

– Porte-Monnaie : Un porte-monnaie Bitcoin réfère à l’équivalent d’un porte-monnaie physique sur le réseau Bitcoin. Chaque porte-monnaie peut afficher le solde des adresses Bitcoin qu’il contient. De la même façon que vous pouvez compter l’argent dans votre porte-monnaie. Un porte-monnaie Bitcoin partage aussi la similarité de vous permettre de payer un montant spécifique à une personne spécifique. À l’inverse des cartes de crédit où vous êtes chargés par le marchand.

– Signature : Une signature cryptographique est un mécanisme mathématique qui permet de prouver son authenticité. Dans le cas du Bitcoin, une adresse Bitcoin et sa clé privée sont liés par la magie de la mathématique. Quand un logiciel Bitcoin signe une transaction avec la clé privée appropriée, le réseau Bitcoin peut vérifier que la signature correspond à l’adresse Bitcoin dans la transaction. Malgré tout, il n’existe aucun moyen de deviner quelle est la clé privée afin de voler des bitcoins durement gagnés.

– Taux De Hash : Le taux de hash est l’unité de mesure de la puissance de calcul du réseau Bitcoin. Le réseau Bitcoin doit faire des calculs mathématiques intensifs pour des raisons de sécurité. Quand le réseau atteint un taux de hash de 10 TH/s, cela signifie qu’il peut faire dix billions de calculs par seconde.

– Transaction : Une transaction est un transfert de valeur entre des adresses Bitcoin qui est incluse dans la chaîne de bloc. Les porte-monnaie Bitcoin conservent une information secrète pour chaque adresse Bitcoin qu’on appelle clé privée. Les clés privées sont utilisées pour signer chaque transaction, fournissant une preuve mathématique qu’elles proviennent des bons propriétaires. La signature permet également d’empêcher la transaction d’être modifiée une fois émise. Toutes les transactions sont diffusées entre les utilisateurs et sont confirmées par le réseau dans les minutes suivantes via un procédé nommé minage.

– Transaction « fan out » : transaction ayant généralement une entrée et un nombre élevé de sorties


Le vocabulaire du crypto-trader

Arbitrage : activité consistant à tirer du profit de la différence de prix qu’il peut y avoir entre plusieurs « exchanges » pour acheter sur l’un et revendre sur l’autre. Grâce à l’arbitrage les prix on tendance à s’égaliser sur l’ensemble des marchés. Lorsque des écarts sensibles persistent c’est souvent que les frais appliqués (à la transaction ou au retrait) ne sont pas les mêmes.

ATH : All Time High, prix le plus haut jamais atteint.

Bear market (marché d’ours) : marché à tendance baissière.

Bull market (marché de taureau) : marché à tendance haussière. On utilise également l’adjectif « bullish » pour qualifier cette situation.

Chart : Graphique des prix.

Correction : Changement brutal de prix qui se retrouve son cours antérieur (ou s’en rapproche) après une période de hausse ou de baisse relativement longue.

Day Trading : Activité consistant à spéculer à court terme et à acheter et à vendre très fréquemment. Le « day trader » s’oppose au « hodler », l’investisseur à long terme.

Dip (chute) : chute brutale et éphémère du cours qui retrouve aussitôt sa valeur. Cela peut correspondre à une vente importante par un acteur unique. Les « dips » peuvent constituer de bonnes opportunités pour ceux qui ont placé des ordres d’achat.

DCA (Dollar cost averaging) : Stratégie d’investissement des gros entrants sur des marché peu liquides consistant à acheter en plusieurs fois pour réduire l’impact de la volatilité notamment.

Exchange (plateforme d’échange) : place de marché consacrée aux crypto-monnaies : Paymium, Kraken, Coinbase, Poloniex…

FOMO (fear of missing out) : peur de passer à côté d’une opportunité lorsque le prix commence à monter. Cette peur peut conduire à des bulles lorsqu’il s’agit d’un phénomène de groupe.

FUD (Fear, Uncertainty and Doubt) : Peur, incertitude et doute. Technique consistant à diffuser des informations négatives, souvent vagues et inspirant la peur dans le but, parfois, de faire baisser le prix et/ou de discréditer un projet.

FUDster : celui qui pratique le FUD.

FIAT (Monnaie fiduciaire) : monnaie émise par les banques centrales, qui repose sur la confiance que l’on a en ces institutions émettrices. Exemple : $, €, £…

Hodl : vient du mot « hold », qui veut dire tenir ». Le « hodler » investit sur le long terme.

ICO Initial Coin Offering (Offre initiale de jetons) : levée de fonds en crypto-monnaie par l’émission et la vente d’un token. [En savoir plus]

Limit buy : Ordre de déclenchement d’achat placé par l’investisseur pour acheter des crypto-monnaies à un prix fixé à l’avance.

Limit sell : Ordre de déclenchement de vente à un prix fixé à l’avance.

Long position : miser à la hausse en utilisant le margin trading. C’est-à-dire emprunter des crypto-monnaies en espérant une hausse qui permettra à la fois de rembourser le coût de l’emprunt et de dégager un bénéfice.

Market Buy : ordre d’achat au prix du marché.

Market cap : Valeur théorique de la masse monétaire d’une crypto-monnaie. Pour calculer le « market cap » on multiplie le nombre de tokens en circulation par le prix d’une unité.

Market sell : ordre de vente au prix du marché.

Margin trading : prêts sur marge permettant aux prêteurs de tirer bénéfice de leurs capitaux dormants sans risque de défaut, on ne peut effectivement emprunter que proportionnellement à ses avoirs sur la plateforme. Le seul risque à assumer par le prêteur c’est la sécurité de l’exchange. « Le bon côté du prêt sur marge c’est qu’il fournit des liquidités supplémentaires au marché, le mauvais, c’est qu’il est facile pour les investisseurs de perdre de l’argent ». – Zhao Dong, trader de gré à gré.

Moon (lune) : expression utilisée par les plus optimistes pour designer la direction des prix.

Pumping : technique consistant à promouvoir artificiellement un projet ou une crypto-monnaie dans le but d’inciter les autres à investir, faire monter les prix et vendre avantageusement.

Pump & Dump (pomper et larguer) : manipulation de marché, généralement opérée par un acteur important ou un groupe d’acteurs importants, consistant à acheter d’énormes quantités d’une crypto-monnaie afin de faire monter artificiellement les prix en espérant créer un sentiment de « FOMO » attirant de nouveaux acheteurs. Lorsque cet objectif est atteint le pumper se transforme en « dumper » :  il vend tout avant les autres pour tirer un maximum de bénéfice.

ROI (Return on Investment) : retour sur investissement calculé en divisant le profit réalisé par le montant investi. Un ROI de 100% signifie que l’on a doublé sa mise de départ.

Sell wall / buy wall : Sur les exchanges, certains acteurs choisissent de placer des ordres de vente ou d’achat. Lorsque le prix de vente rencontre le prix d’achat, un trade (un échange) a lieu. Tous ces ordres vont dans ce que l’on appelle un « order book », ou un « livre d’ordres »». Un « sell wall » c’est littéralement un mur de vente : un ordre de vente d’un montant important ou plein de petits ordres au même prix. Le contraire étant un « buy wall ».

Short position : miser à la baisse en utilisant le margin trading. C’est-à-dire emprunter des crypto-monnaies et les vendre en espérant une baisse qui permettra de racheter plus que le montant initial afin de rembourser le coût de l’emprunt et de dégager un bénéfice.

Stack : Désigne l’ensemble du capital en crypto-monnaies d’un investisseur.

Stop Buy : Ordre exécuté lorsque le prix dépasse une certaine limite afin de ne pas rester en dehors du marché quand une phase haussière semble débuter.

Stop Loss : Ordre exécuté lorsque le prix passe en-dessous d’une certaine limite afin de quitter du marché quand une phase baissière semble débuter.

TA (Technical Analysis) : Analyse technique. Représentation graphique du cours qui tente de prédire à partir du passé les mouvements futurs du marché.

Tokens (jetons) : jetons propres à différentes crypto-monnaies ou à différents projets. Les bitcoins sont les tokens du réseau Bitcoin et les ethers sont les tokens du réseau Ethereum. Dans le cadre des ICO certains tokens sont créés et déployés sur le réseau Ethereum. Ils suivent généralement un standard, appelé « ERC20 ».

Trading bot : programme charger d’acheter et de vendre sans intervention humaine en suivant une stratégie définie par le programmeur.

Whale (baleine) : Acteur important possédant un gros capital et dont les ordres peuvent avoir un impact sur le cours.

Sources : bitconseil.fr – ethereum-france.com – Beginner’s Guide to Ethereum