Un cadre légal pour les cryptomonnaies en Centrafrique 

9
474

La présidence de la République centrafricaine a annoncé aujourd’hui l’adoption de Bitcoin comme monnaie officielle.

Publié sur le média africain Chainglob, le brouillon du projet de loi qui concrétise cette annonce donne cependant une vision un peu différente des nouvelles dispositions adoptées par le parlement. En effet, le document n’évoque pas spécifiquement Bitcoin, mais les cryptomonnaies en général, c’est-à-dire toute « monnaie numérique émise de pair à pair, sans nécessité de banque centrale, reposant sur une chaine de blocs et utilisable au moyen d’un réseau informatique décentralisé. »

Comme au Salvador, « tout agent économique » centrafricain serait, selon ce texte, tenu « d’accepter les cryptomonnaies comme forme de paiement lorsqu’elles sont proposées pour l’achat ou la vente d’un bien ou un service », à l’exception de « ceux qui, par un fait notoire et évident, n’ont pas accès aux technologies qui permettent les transactions en cryptomonnaies. » Par ailleurs les contributions fiscales « pourront être payées en cryptomonnaies à travers les platesformes reconnues et autorisées par le Gouvernement Centrafricain ».

Si le Franc CFA reste « la monnaie de référence », l’Etat garantira à travers la Banque Centrale « la convertibilité automatique et instantanée des cryptomonnaies en monnaie ayant cour légale » et fournira « des alternatives permettant à l’utilisateur d’effectuer des transactions en cryptomonnaie, et de disposer d’une convertibilité automatique et instantanée des cryptomonnaies dans la monnaie utilisée en République Centrafricaine et vice versa ».

Dans la déclaration publiée hier, Obed NAMSIO, Directeur de Cabinet de Faustin-Archange Touadéra, président de la République Centrafricaine, se réjouit du vote de cette loi et parle même de « l’adoption de Bitcoin comme monnaie de référence » :

Dans un pays très peu connecté à internet et où la majorité de la population ne possède pas de smartphone, on peut cependant légitimement s’interroger sur la pertinence d’une telle loi.

Selon certains médias français, cette décision pourrait être le fruit d’une manipulation russe visant à permettre à la République Centrafricaine de continuer à commercer avec la Russie. Une hypothèse assez étrange quand on sait que n’importe quel pays peut d’ores et déjà utiliser Bitcoin pour contourner un embargo sans qu’il faille pour cela imposer à tous les agents économiques locaux d’accepter les cryptomonnaies. En revanche on peut tout à fait imaginer que la Russie, présente dans la région à travers des milices paramilitaires, a favorisé cette initiative pour saper le rôle du franc CFA, déjà perçu à juste titre par les populations auquel il s’impose comme une monnaie coloniale.

Le président de Centrafrique invite Emile Parfait Simb

Chainglob avance encore une autre hypothèse : le projet de loi adopté jeudi dernier serait le fruit du rapprochement entre Emile Parfait Simb, entrepreneur sulfureux connu pour ses escroqueries pyramidales, et Simplice Sarandji, président de l’assemblée nationale : « L’adoption soudaine d’une loi sur les cryptomonnaies en RCA est à prendre avec prudence. Face à l’absence de connaissances suffisantes du sujet dans le milieu politique, il est possible que cette initiative serve de tremplin aux personnes comme M. Simb pour faire plus de victimes. » – Gloire Kambale Wanzavalere.

Sources : Projet de loi régissant la cryptomonnaie en république centrafricaine (brouillon) La Centrafrique adopte le bitcoin comme monnaie légale (AFP) https://chainglob.com/centrafrique-vote-une-loi-pour-legaliser-les-cryptomonnaieshttps://twitter.com/FA_Touadera/status/1519703127422873601