Martti Malmi révèle une partie de sa correspondance privée avec Satoshi Nakamoto

0
7373

Martti Malmi (alias Sirius), un des premiers interlocuteurs du créateur de Bitcoin, a révélé aujourd’hui une partie de sa correspondance privée avec Satoshi Nakamoto, rédigée entre le 2 mai 2009 et le 22 février 2011.

Martti Malmi est à l’origine de la création du premier forum communautaire pour Bitcoin, qui deviendra plus tard Bitcointalk. Plus tard, il développera et administrera également Bitcoin.org. Il a également contribué à améliorer les premières versions de BitcoinQT, la première implémentation du protocole Bitcoin, et a été l’un des premiers mineurs du réseau. 

« Je ne me sentais pas à l’aise de partager une correspondance privée plus tôt, mais j’ai décidé de le faire pour un procès important [1] au Royaume-Uni en 2024 dans lequel j’étais témoin. De plus, cela fait longtemps que les e-mails ont été envoyés. L’archive est incomplète et ne contient que des e-mails provenant de mon adresse @cc.hut.fi. Mes adresses e-mail universitaires sont devenues @aalto.fi début 2011 et je n’ai pas de sauvegarde de ces e-mails. Certains mots de passe et une adresse postale sont mentionnés dans les e-mails, mais ceux-ci ne sont plus valides ou pertinents. » – Martti Malmi.

Extraits

« Historiquement, les gens ont utilisé des produits rares comme monnaie, si nécessaire en utilisant ce qui était disponible, comme des coquillages ou des pierres. Chacun de ces produits a un noyau d’utilité qui a aidé à démarrer le processus, mais la valeur monétaire finit par dépasser la seule valeur fonctionnelle. La plus grande partie de la valeur vient de la valeur que les autres y accordent. L’or, par exemple, est beau, inoxydable et facilement malléable, mais l’essentiel de sa valeur ne vient clairement pas de là. Le laiton est brillant et de couleur similaire. La grande majorité de l’or reste inutilisé dans des coffres appartenant à des gouvernements qui se moquent bien de sa beauté. Jusqu’à présent, aucune denrée rare pouvant être échangée via un canal de communication sans un tiers de confiance n’était disponible. Il est désormais possible d’adopter une forme de monnaie pouvant être échangée sur Internet sans tiers de confiance. » Satoshi Nakamoto, mai 2009.

* * *

« Mon choix concernant le nombre de pièces et le calendrier de distribution reposait sur une supposition. C’était un choix difficile, car une fois le réseau opérationnel, il est verrouillé et nous y sommes coincés. Je voulais choisir quelque chose qui rendrait les prix similaires aux devises existantes, mais sans connaître l’avenir, c’est très difficile. J’ai fini par choisir quelque chose au milieu. Si Bitcoin reste une petite niche, sa valeur unitaire sera inférieure à celle des devises existantes. Si vous imaginez qu’il soit utilisé pour une fraction du commerce mondial, alors il n’y aura que 21 millions de pièces pour le monde entier, donc sa valeur par unité sera bien plus élevée. Les valeurs sont des entiers de 64 bits avec 8 décimales, donc 1 pièce est représentée en interne par 1 000 000 000. Il y a beaucoup de granularité si les prix typiques deviennent petits. Par exemple, si 0,001 vaut 1 euro, il peut être plus facile de changer l’endroit où le point décimal est affiché, donc si vous aviez 1 Bitcoin, il est maintenant affiché comme 1000 et 0,001 est affiché comme 1. » Satoshi Nakamoto, mai 2009.

* * *

« Malheureusement, la preuve de travail est la seule solution que j’ai trouvée pour faire fonctionner un e-cash p2p sans tiers de confiance. Même si je ne l’utilisais pas secondairement comme moyen d’attribuer la distribution initiale de devises, le PoW est fondamental pour coordonner le réseau et éviter les doubles dépenses.

Si elle se développait et consommait beaucoup d’énergie, je pense qu’elle serait encore moins coûteuse que l’activité bancaire conventionnelle à forte intensité de main-d’œuvre et de ressources qu’elle remplacerait. Le coût serait d’un ordre de grandeur inférieur aux milliards de frais bancaires nécessaires pour payer tous ces bâtiments en brique et mortier, ces gratte-ciel et tout le courrier indésirable pour des offres de cartes de crédit. » – Satoshi Nakamoto, mai 2009.

* * *

« …je ne suis pas à l’aise à l’idée de dire explicitement “considérez cela comme un investissement”. C’est dangereux de dire cela et vous devriez supprimer ce point. Ce n’est pas grave s’ils arrivent à cette conclusion par eux-mêmes, mais nous ne pouvons pas le présenter ainsi […].

Quelqu’un a inventé le mot “cryptocurrency” [cryptomonnaie]… c’est peut-être un mot que nous devrions utiliser pour décrire Bitcoin, l’aimez-vous ? » – Satoshi Nakamoto, juin 2009.

* * *

« Hal [Finney] n’est pas activement impliqué actuellement. Il m’a beaucoup aidé en défendant le design sur Cryptography Mailing List et en effectuant les premiers tests lors de la première sortie. Il avait porté ce flambeau il y a des années avec sa preuve de travail réutilisable (RPOW).

Je ne vais pas non plus être d’une grande aide pour le moment, je suis assez occupé par le travail et j’ai besoin d’une pause après 18 mois de développement.

Il serait utile que les gens puissent l’utiliser pour quelque chose. Nous avons besoin d’une application pour l’amorcer. Des idées ?

Il y a des donateurs auxquels je peux faire appel si nous proposons quelque chose qui nécessite un financement, mais ils veulent rester anonymes, ce qui rend difficile de faire quoi que ce soit. » – Satoshi Nakamoto, juillet 2009.

Voir également cette discussion d’août 2009 dans laquelle Satoshi Nakamoto et Martti Malmi s’interrogent sur la façon de lancer l’adoption de Bitcoin.

Pour découvrir l’ensemble des messages : https://mmalmi.github.io/satoshi/


[1] Allusion au procès qui oppose l’usurpateur Craig Wright à la la Crypto Open Patent Alliance (COPA). Dans le cadre de ce même procès, Adam Back a lui aussi révélé une partie de sa correspondance privée avec Satoshi Nakamoto.