La Sibérie, terre promise des cryptomineurs

0

Le courrier de Russie, journal francophone d’information numérique sur la Russie, a publié lundi le témoignage de Ioura Dromachko, entrepreneur qui exploite plusieurs fermes de « minage » de bitcoins aux alentours d’Irkoutsk en Sibérie orientale. L’électricité hydroélectrique, produite par trois importants barrages situés sur la rivière Angara qui reçoit les eaux du Lac Baïkal [1], et quelques centrales thermiques exploitant d’abondantes ressources minières, assurent à la région un tarif d’électricité défiant toute concurrence [2].

Autre avantage d’Irkoutsk : son climat. Avec des températures moyennes annuelles de -0,5° [3] le refroidissement des fermes de calcul est facilité et permet des expérimentations intéressantes comme les cryptohouses, développées par la start-up Imagine8, habitations chauffées par la chaleur produite par les machines.

Éloigné des grands centres économiques de Russie, la région souffre d’un problème de compétitivité logistique qui ne lui permet pas d’exporter facilement ses surplus d’énergie. Pour Ioura Dromachko le développement du minage aurait donné un nouveau souffle à Irkoutsk.

Notons que la startup française Bigblock Datacenter dispose également d’un centre de calcul dans la région en partenariat avec Baikal Mining.

 

Pour en savoir plus : Article de Hugo Estecahandy publié sur lecourrierderussie.com 

 


[1] Le Lac Baïkal plus grande réserve d’eau douce liquide à la surface de la Terre.

[2] 1,8 rouble (0,026 euro) le kilowatt/heure pour l’électricité domestique.

[3] -20° en janvier et 18 en juillet. La température de la région est inférieure à 5 degrés pendant 7 mois de l’année.