La pomme de discorde de Faketoshi

0
1451

Tout cela commence comme une farce qui ne mériterait même pas qu’on s’y attarde : mercredi les avocats de Craig Steven Wright ont sommé les sites Bitcoin.org et Bitcoincore.org de cesser de diffuser le white paper de Bitcoin alléguant que les droits de ce document seraient détenus par leur client.

Comme il était logique de le faire, bitcoin.org a tout simplement ignoré cette requête ridicule, mais étonnamment Bitcoincore.org a répondu favorablement à la demande en retirant le document du site. Wladimir van der Laan justifie ainsi cette décision : « Le statut de la licence du livre blanc n’est pas clair. Il peut de toute façon être trouvé dans suffisamment d’endroits à l’heure actuelle, et comme ce site [Bitcoincore.org] concerne Bitcoin Core (une implémentation spécifique) et pas Bitcoin en général, le livre blanc n’a pas nécessairement besoin d’être hébergé ici. À moins que quiconque puisse indiquer un endroit explicite où Satoshi l’a autorisé sous une licence gratuite, il est légalement plus sûr de le supprimer du site bitcoin-core.org ».

Cette décision hâtive provoque évidemment l’incompréhension d’une partie de la communauté, y compris celle des développeurs de Bitcoin Core : « La prochaine fois, au lieu de vous plier aux menaces, vous pourriez simplement informer les gens et laisser la communauté vous défendre. Nous ne devrions pas laisser des intimidateurs comme Craig Steven Wright (qui n’est PAS Satoshi Nakamoto, ne le sera jamais, et qui n’a jamais contribué à Bitcoin ni écrit le contenu présent sur le livre blanc) agir à leur guise. »Seccour.

Dans une déclaration publiée jeudi sur bitcoin.org, Cøbra explique en quoi cette suppression est une décision préjudiciable : « Malheureusement, sans nous consulter, les développeurs de Bitcoin Core ont retiré le livre blanc Bitcoin de bitcoincore.org, en réponse à des allégations de violation du droit d’auteur, donnant du crédit à ces mensonges. Les références au livre blanc et la copie PDF ont été supprimés après moins de deux heures d’examen public. En abdiquant de cette manière, le projet Bitcoin Core a donné des munitions aux ennemis de Bitcoin, il s’est engagé dans l’autocensure et a compromis son intégrité. Cette reddition sera un argument pour de nouvelles déclarations mensongères : “puisqu’ils ont cédé, c’est donc que les développeurs de Bitcoin Core savent que CSW est Satoshi Nakamoto”. Le livre blanc Bitcoin a été inclus dans les fichiers d’origine du projet Bitcoin qui était clairement publié sous la licence MIT par Satoshi Nakamoto. Nous pensons qu’il ne fait aucun doute que nous avons le droit d’héberger ce livre blanc Bitcoin. De plus, la clé PGP publique de Satoshi Nakamoto est connue, il est donc possible de prouver cryptographiquement qu’on est Satoshi Nakamoto. Malheureusement, Craig n’a pas été capable de le faire. Nous continuerons d’héberger le livre blanc Bitcoin et nous ne nous laisserons pas réduire au silence ou intimider. Tous ceux qui hébergent le livre blanc devraient suivre notre exemple en résistant à ces fausses allégations. » [Source : bitcoin.org/en/posts/regarding-csw]

Finalement Gregory Maxwell relativise l’importance de cet incident : « Même si Wright était en mesure d’abuser du système juridique pour supprimer une copie, ou même supprimer complètement bitcoincore.org (et peut-être même bitcoin.org entièrement). Et quel effet cela aurait-il sur Bitcoin ? AUCUN. Aucun effet du tout. Quel effet cela aurait-il sur la disponibilité du livre blanc ? Cela le rendrait au contraire encore plus accessible. Et même s’il réussissait à faire retirer le livre blanc de chaque site – ce qui est impossible – qu’est-ce que cela ferait à Bitcoin ? Toujours rien. »