La Hamas financé en bitcoin ? – La mise au point d’Elliptic

1
312

Avertissement : Les sociétés d’analyse de chaine comme Elliptic sont en partie responsables des dérives de la presse grand public. Les données qu’elles fournissent ne sont pas vérifiables. Leurs heuristiques et leurs techniques d’analyse sont secrètes. Avant d’exploiter ces données pour produire des articles sensationnalistes, les journalistes qui s’en emparent devraient exiger de ceux qui les fournissent qu’ils expliquent entièrement le processus qui leur a permis d’arriver à leurs conclusions.

Traduction d’un article publié le 25 octobre 2023 par Elliptic, une société spécialisée dans l’analyse de blockchain.

« Les terribles événements du 7 octobre ont une fois de plus mis en lumière la manière dont des groupes terroristes tels que le Hamas collectent des fonds pour financer leurs opérations. Au cours des dernières années, le mouvement a commencé à expérimenter les cryptomonnaies comme moyen de financement participatif auprès du public via les réseaux sociaux. Cependant, la traçabilité de ces actifs fait que les montants levés restent minimes par rapport aux autres sources de financement. 

Le Hamas a commencé à solliciter des dons de Bitcoin pour la première fois en 2019, les dons ayant culminé lors de la flambée de violence qui a embrasé la région en mai 2021. Cependant, en avril 2023, le Hamas a suspendu toute activité publique de collecte de fonds en cryptos, invoquant “son inquiétude quant à la sécurité des donateurs et pour leur épargner tout préjudice”. Le groupe a ajouté avoir constaté une “intensification des hostilités envers tous ceux qui tentent de soutenir la résistance à travers cette monnaie”Cela fait suite aux opérations des autorités américaines visant à saisir les portefeuilles crypto utilisés pour blanchir les dons, identifier les donateurs et fermer le site Web de collecte de fonds. Auparavant, en 2021, le Bureau national israélien de lutte contre le financement du terrorisme (NBCTF) avait commencé à émettre des ordres de saisie de portefeuilles crypto liés au Hamas et avait travaillé avec les bourses pour geler les comptes qu’ils utilisaient.

Cela illustre la faiblesse des cryptos comme outil de collecte de fonds pour le terrorisme. La transparence de la blockchain permet de retracer les fonds illicites et, dans certains cas, de les relier à des identités réelles. De plus, les utilisateurs de cryptomonnaies utilisent généralement des services centralisés tels que des bourses ou des stablecoins. Ces services répondent aux demandes des forces de l’ordre visant à geler les fonds liés à des activités illicites, ou le font eux-mêmes de manière proactive sur la base des informations issues de l’analyse de la blockchain.

Depuis les attaques du Hamas du 7 octobre, la campagne publique de collecte de fonds crypto la plus importante a été menée par Gaza Now, une organisation de presse pro-Hamas. Cependant, seuls 21 000 $ en cryptomonnaies ont été reçus depuis le 7 octobre, et grâce aux efforts des entreprises du secteur et des enquêteurs, une grande partie de cette somme a été gelée, empêchant Gaza Now de pouvoir utiliser ces fonds. Le 9 octobre, Gaza Now a envoyé environ 2 000 $ de crypto vers une plateforme d’échange mais ces fonds ont été rapidement gelés. En outre, environ 9 000 $ de dons de stablecoins ont été gelés par Tether, l’émetteur du stablecoin.

En revanche, la collecte de cryptomonnaies pour des causes humanitaires en Israël est florissante. Par exemple, Crypto Aid Israel avait reçu plus de 185 000 $ de dons en crypto au 19 octobre pour soutenir les personnes touchées par les attaques.

Au cours des deux dernières semaines, des politiciens et des journalistes ont présenté la collecte publique de cryptomonnaies comme une source importante de fonds pour le Hamas et d’autres groupes terroristes, mais les données ne corroborent tout simplement pas cette hypothèse. Aucune campagne publique de collecte de cryptos menée par un groupe terroriste n’a reçu des niveaux de dons importants par rapport à d’autres sources de financement.

Le 10 octobre, le Wall Street Journal a publié un article intitulé “Les militants du Hamas derrière l’attaque israélienne ont levé des millions en crypto”. Dans une lettre du 17 octobre adressée à la Maison Blanche et au Département du Trésor américain, plus d’une centaine de législateurs américains ont cité ce rapport en déclarant que : “[…] dans les mois qui ont précédé leur attaque brutale et horrible du 7 octobre contre Israël, Le Hamas et le Jihad islamique palestinien (JIP) ont levé des millions de dollars en cryptographie, évitant ainsi les sanctions américaines et finançant leurs opérations. En effet, entre août 2021 et juin dernier, les deux groupes ont levé plus de 130 millions de dollars en crypto.

Cependant, il n’existe aucune preuve suggérant que la collecte de fonds cryptographiques ait permis de récolter un total proche de ce montant, et les données fournies par Elliptic et d’autres ont été mal interprétées. Nous avons parlé aux représentants du principal signataire, le sénateur Warren, ainsi qu’aux auteurs de l’article du Wall Street Journal, pour clarifier ce point.

En juillet de cette année, le NBCTF a émis un ordre de saisie de portefeuilles crypto liés au Jihad islamique palestinien (JIP), une organisation terroriste active dans la bande de Gaza. L’analyse d’Elliptic des portefeuilles saisis par la NBCTF montre que ces portefeuilles ont reçu des transactions totalisant un peu plus de 93 millions de dollars entre 2020 et 2023. Comme nous l’avons clairement indiqué dans notre recherche, cela ne signifie en aucun cas que le JIP avait “levé” tous ces fonds ou qu’ils appartenaient même tous au JIP. On ne sait pas quelle proportion des fonds reçus par ces portefeuilles est directement imputable au JIP ou à d’autres groupes terroristes. Il est probable que certains des portefeuilles répertoriés par le NBCTF appartenaient à de petits prestataires de services tels que des courtiers utilisés par le PIJ. 

Il ne s’agit pas ici de minimiser le rôle de ces prestataires de services. Les petits courtiers en crypto utilisés par le Hamas et d’autres groupes terroristes ont eux-mêmes été désignés comme organisations terroristes en raison de leur rôle central dans le financement de ces groupes. Il reste également beaucoup à faire pour comprendre d’autres manières par lesquelles les crypto-actifs sont exploités par des groupes terroristes, comme leur utilisation pour acheter des infrastructures de soutien […].

Les groupes terroristes utilisent effectivement des crypto-actifs pour collecter des fonds publics, mais les montants impliqués sont minimes par rapport aux autres sources de financement. Une compréhension minutieuse et détaillée de l’analyse de la blockchain est nécessaire chaque fois que l’on aborde un sujet complexe et sensible comme celui-ci, et le contexte complet de toute analyse doit être fourni par ceux qui exploitent ces informations. »

Source : https://www.elliptic.co/blog/setting-the-record-straight-on-crypto-crowdfunding-by-hamas