Prix du bitcoin (moyenne sur 24h)

EUR 5015 € -0.01%
USD 5892 $ -0.01%
CAD 7452$ -0.01%

Interdire Bitcoin ?

Éric Straumann, député UMP du département du Haut-Rhin, a transmis ce matin une question écrite à Pierre Moscovici. Assimilant Bitcoin à un « schéma de Ponzi », il demande au ministre de l’économie et des finances s’il ne faudrait pas tout simplement interdire ce système.

Texte de la question :

« M. Éric Straumann interroge M. le ministre de l’économie et des finances sur les risques courus par les utilisateurs du bitcoin qui est à la fois un système de paiement à travers Internet et une unité de compte utilisée par ce système de paiement. Ce mode de paiement peut être assimilé à un schéma de Ponzi, avec la création d’une bulle spéculative qui va éclater lorsque le nombre de nouveaux arrivants dans ce système va reculer. Il lui demande s’il ne faudrait pas interdire ce système dans notre pays, afin de protéger nos concitoyens ».

En attendant la réponse du ministre de l’économie et des finances, voilà celle de bitcoin.fr :

Voir dans Bitcoin un système de Ponzi est une erreur manifeste. Bitcoin ne promet aucune rente et ne prospère sur aucun mensonge. Au contraire, ici tout est transparent : les protocoles de base, les algorithmes cryptographiques utilisés, les programmes les rendant opérationnels et les données des comptes. En outre, il n’y a là aucun Charles Ponzi : décentralisé, le système est entièrement entre les mains de ses utilisateurs.

Par ailleurs vouloir proscrire Bitcoin qu’est-ce que ça signifie ? Le seul moyen efficace d’empêcher son utilisation c’est de couper Internet. En l’absence d’une mesure aussi extrême, on pourra tout au plus empêcher les commerces situés sur le territoire national d’utiliser légalement Bitcoin. Ça, en effet, c’est possible. Ça ne causera de tort qu’aux entreprises honnêtes sans nuire aucunement à celles qui se moquent de la loi, mais c’est possible. Ça mettra la France en dehors de la course et laissera le champ libre aux firmes étrangères qui s’empareront aussitôt des marchés vacants (Internet n’a pas de frontière), mais c’est possible. Ça brisera l’élan d’une nouvelle économie numérique made in France sans empêcher nullement les révolutions en cours, mais c’est possible.

Oui, les politiques peuvent, par leurs décisions, nuire considérablement au développement de Bitcoin en France. Ils peuvent également, à l’instar de François MARC, rapporteur général de la Commission des Finances du Sénat (et de bien d’autres députés et sénateurs), privilégier une démarche beaucoup plus positive, pragmatique et ouverte sur l’avenir :

« [Il faut] prendre en compte et mieux contrôler ce phénomène émergent, non pas en l’interdisant, mais en instaurant une régulation, qui contribuerait à la fois à sa sécurité juridique et à une prise en compte fiscale […] ».

JS

Partager: