Prix du bitcoin (moyenne sur 24h)

EUR 5449 € -3.38%
USD 6419 $ -3.12%
CAD 8314$ -3.16%

Hydro-Québec double le tarif de l’électricité pour les nouveaux mineurs

Dans l’attente d’une nouvelle audience publique, la Régie de l’énergie du Québec vient d’approuver provisoirement la demande d’Hydro-Québec, société d’État de production, de transport et de distribution de l’électricité, qui souhaite créer une nouvelle catégorie de consommateurs d’électricité « pour un usage cryptographique appliqué aux chaînes de blocs » et imposer à ces nouveaux clients « le tarif dissuasif de 15 cents par kWh ».

Le distributeur affirmait en effet « ne pas être en mesure de répondre à l’ensemble des demandes » car « toute la capacité disponible du réseau de distribution et du réseau de transport serait requise » pour les satisfaire.

La décision indique que « la Régie considère que ces nouveaux tarifs et conditions assureront la sécurité de l’approvisionnement en électricité dans le contexte particulier de demandes massives, soudaines, inattendues et simultanées d’utilisation de la technologie blockchain comme le minage de crypto-monnaie. »

Les nouveaux tarifs ne concernent pas les contrats déjà en place.

Pour Sébastien Gouspillou, cofondateur et Président de BigBlock Datacenter – société qui conçoit et gère des unités dédiées au « minage » de cryptomonnaies – cette décision, loin d’être une mauvaise nouvelle, montre simplement que compagnies hydroélectriques sont capables d’utiliser intelligemment le mining pour rationaliser leur production :

« La situation québécoise est tout à fait intéressante et montre que le mining ne sera jamais un golem de plus en plus gourmand qui va confisquer à la planète toute son électricité.

Quelle est vraiment la situation du mining au Québec ?

– Hydroquébec (HQ), comme nombre de compagnies hydroélectriques mondiales, a vu sa rentabilité décroître depuis une dizaine d’années ;

– HQ a trouvé un nouveau client, le mining, et a motivé l’ouverture de nouvelles mines dès 2016 ;

– En 2018, il y a désormais assez de mines et de projets d’ouverture de mines pour consommer la quotepart de sa production que HQ souhaite attribuer au mining ;

– HQ demande une augmentation du tarif pour les nouveaux mineurs, parce qu’elle ne veut pas augmenter cette quotepart mais ne peut légalement refuser la vente de kW.

Les mineurs actuels continueront donc leur exploitation au même prix, et ce dans les mines déjà ouvertes comme dans les mines en projet d’ouverture : le mining québécois reste un des mieux placés au monde.

Cette mesure d’augmentation du prix pour les nouveaux entrants montre bien ce que l’on s’époumone à répéter : seules les Cie d’électricité décideront à très court terme de l’augmentation de la puissance installée du mining. Inutile de se faire peur, on ne va pas manquer de jus à cause des mineurs : les cie productrices se servent du mining pour lisser et rationaliser leur production, elles ferment la porte au mining quand il devient contre-productif d’en favoriser le développement. Cette demande d’augmentation tarifaire d’HQ à l’agence de l’énergie est tout à fait saine, attendue et comprise par les mineurs. Donc si la presse s’empresse de comprendre que le Québec ne veut plus de mineurs (lu un peu partout), il n’en est rien : HQ veut continuer à alimenter du mining, mais souhaite en maitriser le développement. C’est légitime, c’est même la moindre des choses… »

 

Sources : Demande d’Hydro-Québec – Décision de la Régie de l’énergie – montrealgazette.com 

Partager: