Dédicacer sur Bitcoin – Une manière amusante de marquer le halving de Bitcoin

9
558

Lors de mes articles précédents, j’ai expliqué tous les avantages que nous pourrions tirer en adoptant la signature cryptographique autogénérée, ancrée sur Bitcoin. J’ai ensuite proposé un outil fantastique et grand public pour le faire en toute simplicité : Woleet Sign.

Mais vous avouerez que tout ceci manque de poésie et d’humour. Et ceux qui me connaissent savent que j’aime ça les albatros et le LOL. Voici donc un petit exemple pratique pour faire une dédicace qui sorte de l’ordinaire.

Lors du halving de Bitcoin, la petite communauté/écosystème neuchâtelois a imaginé une manière originale de marquer le coup. Il s’agissait de couper en deux un exemplaire collector d’Objective Thune et d’en offrir une moitié d’exemplaire à Jean-Nathanaël Karakash (Ministre de l’économie) qui a favorisé le développement de notre écosystème par son soutien et Jean Studer (Président de la Banque cantonale neuchâteloise, ancien président de la Banque nationale suisse) dont la banque accorde à nos entreprises crypto des comptes bancaires que d’autres banques refusent sans justification. Une manière de montrer symboliquement notre reconnaissance.

Première étape, il a fallu « halver » proprement notre livre :

Par ce procédé, j’ai pu constater que cet exemplaire de collection n’était pas une des trois licornes, mais je ne vous en dirai pas plus…

Comme vous pouvez le constater, Tintin a peut-être enfin trouvé la voie… serait-ce celle du Bitcoin ? Ou celle du scotch du capitaine ?

Deuxième étape, nous inscrivons une dédicace dans les deux livres. Nous signons manuellement le livre. Ainsi se termine la dédicace « à l’ancienne ».

Mais nous ne nous arrêtons pas là et souhaitons graver cette dédicace dans l’espace numérique. Pour cela nous avons dégainé nos claviers et notre connexion internet.

Nous avons uploadé la vidéo de la découpe sur IPFS : https://ipfs.io/ipfs/QmanqrvZMQnosDQJYD1evPSzkjdZxffYf1sJx7W3SnLfJW

Lien que nous avons ajouté à un texte également sur IPFS : https://ipfs.io/ipfs/QmNX3FCBUuEBokY1QZNujNgpubV8umw2RuBY3X2cTwGbRC

 Création de l’Acéphale

Puis nous avons exécuté une transaction qui possède comme output op_return qui fait référence à ce dernier lien : ipfs://QmNX3FCBUuEBokY1QZNujNgpubV8umw2RuBY3X2cTwGbRC

Cette transaction est 12afc3f558d1c1d9f71046655f02f94d671db06521ae91781b8e98e2658464f3 et se trouve dans le bloc 629 999, le dernier bloc avant le halving de Bitcoin, le 11 mai 2020, 21:23:23 GMT+2. Ainsi notre dédicace sera gravée à jamais dans ce bloc historique.

Pour l’anecdote, nous avons essayé aussi d’ancrer cette signature dans le bloc 630 000 qui nous a échappé et qui a atterri sur le block 630 001. Il est possible de retrouver cette signature dans le test effectué peu de temps avant les blocs fatidiques. Les plus curieux n’auront pas de mal à retrouver les transactions.

Ceci n’est qu’un exemple pratique. Comme éditeur, j’imagine déjà d’autres déclinaisons :

– Possibilité de dédicacer des e-books (pratique en temps de confinement ou pour des fans lointains) rendant un fichier original par l’ajout d’un texte et signé par l’auteur grâce à une clé privée qui lui est propre.

– Possibilité à des auteurs/illustrateurs/musiciens de prouver la paternité de leurs création en utilisant Bitcoin pour dater leurs créations de manière incontestable.

Comme vous pouvez l’imaginer, les possibilités sont infinies et je vous invite à imaginer toutes les manières originales d’utiliser Bitcoin pour ajouter un peu de poésie sur la blockchain.

Création de l’Acéphale

Pour ma part, j’ai été convaincu par le processus de Woleet Sign et je l’ai déjà utilisé à plusieurs reprises avec des novices. C’est vraiment un outil fabuleux, je vous le recommande.


A propos de l’auteur

Lionel Jeannerat est administrateur du Cercle du Coin, entrepreneur et éditeur (Plaisir & Valeur d’Histoire).