Prix du bitcoin (moyenne sur 24h)

EUR 4826 € -3.78%
USD 5677 $ -3.66%
CAD 7187$ -3.57%

Contre l’impérialisme

Les responsables des plateformes chinoises OKCoin, BTC China et Huobi viennent de publier hier une lettre ouverte adressée à Benjamin M.Lawsky, surintendant des finances de l’Etat de New-York, pour protester contre le projet de « BitLicense » que cette administration prétend imposer au monde entier.

Le département des services financiers de l’Etat de New-York souhaite en effet imposer une licence à toutes les entreprises qui reçoivent, transmettent, stockent, contrôlent, émettent, gèrent ou convertissent des monnaies virtuelles pour les clients situés dans l’Etat de New-York.

Pour obtenir cette licence, ces entreprises devront divulguer aux autorités américaines leurs comptes, livres et registres, y compris les informations sur les transactions, les relevés bancaires, les dossiers ou les minutes du conseil d’administration. Elles devront en outre se soumettre à toutes sortes d’exigences administratives et payer une redevance dont le montant sera fixé par le surintendant. A moins de refuser les clients domiciliés dans l’Etat de New-York, aucune entreprise du secteur, où qu’elle soit dans le monde, ne pourra donc s’y soustraire.

Devant le tollé que suscite le projet, la période de consultation vient d’être étendue jusqu’au 21 octobre 2014. Jusqu’à cette date les entreprises du secteur pourront faire remonter leurs observations à l’administration.

Si le combat contre le blanchiment et la cybercriminalité est aussi légitime que nécessaire, la solution new-yorkaise est révélatrice d’un état d’esprit impérialiste et hégémonique. Plutôt que d’adopter des règles collectives et concertées au niveau international (par l’Organisation mondiale du commerce par exemple), le puissant département des services financiers de l’Etat de New-York voudrait s’imposer avec brutalité, quelles qu’en soient les conséquences en dehors de sa juridiction. S’il réussit dans son entreprise, l’Etat de New-York pourrait bien en inspirer d’autres, la Chine par exemple, et on comprend d’autant mieux les craintes des responsables des plateformes OKCoin, BTC China et Huobi.

JS

Partager: