Prix du bitcoin (moyenne) à 10h36

EUR 2308.61 € +5.57%
USD 2626.5 $ +6.55%
CAD 3443.99$ +4.66%

Comment se gèrent les divisions de la blockchain ?

Extrait d’un article de Jean-Paul Delahaye, informaticien et mathématicien, professeur à l’Université de Lille 1, publié le 15 février 2015 sur scilogs.fr : « Quand plusieurs blockchains concurrentes sont présentes sur le réseau pair à pair du bitcoin, par exemple à la suite du succès presque au même moment en deux endroits éloignés du réseau de deux mineurs, les mineurs ont la consigne (programmée dans les logiciels qu’ils utilisent) de choisir entre les différentes blockchains dont ils sont informés de l’existence.

Pour que tout le monde choisisse la même blockchain (recherche d’un consensus) la consigne est de “choisir la plus longue des blockchains”. C’est ce qu’ils font tous, avec pour effet d’éliminer les blockchains sauf une, la plus longue. Cela reconstitue un état cohérent du système (une seule blockchain) et donc une liste de transactions valides qui sera la même pour tous.

Le critère “choisir la blockchain la plus longue” dans un premier temps signifiait “choisir la blockchain ayant le plus grand nombre de pages ». On s’est aperçu que c’était dangereux car n’importe qui pouvait faire une fausse blockchain ayant un nombre de pages plus grand que les autres en reconstruisant tout depuis le début et ne faisant pas évoluer la difficulté des problèmes posés aussi rapidement que pour la vraie blockchain, et donc en ne résolvant pour chaque page nouvelle que des problèmes faciles. Si le critère “plus longue blockchain” avait signifié “chaîne ayant la plus grand nombre de pages”, il aurait été facile de perturber gravement la blockchainet… le bitcoin n’existerait sans doute plus depuis longtemps.

La longueur de la chaîne est maintenant définie par “la chaîne ayant un taux de hash cumulé  (on additionne la difficultés moyennes de chaque block) le plus élevé”. Autrement dit, ce qui compte est la quantité de calculs réellement déposée dans la blockchain, et c’est celle qui en contient le plus qui est considérée comme seule valide. Il n’est plus possible de fabriquer une fausse blockchain entière à moindre coût. Faire une simili-blockchain exige vraiment un calcul cumulé au moins aussi grand que celui inscrit dans la vraie blockchain.

Faire une fausse blockchain n’est possible que pour celui qui dispose à lui seul d’une capacité à calculer des hash plus grande que celle tous les autres réunis. C’est l’idée des attaques 51%, qui sont potentiellement dévastatrices.

La définition de la “longueur d’une blockchain” telle que l’utilise le protocole bitcoin est donc un détail crucial. Elle signifie sans le moindre doute que la blockchain contient du calcul et que c’est ce contenu en calcul qui la singularise des autres éventuelles fausses blockchains qu’on pourrait tenter de lui substituer. La notion de contenu en calcul est au cœur du protocole bitcoin. »

Jean-Paul Delahaye


Autres articles de Jean-Paul Delahaye sur Bitcoin :

– 15 février 2015 : Bitcoin et contenu en calcul

– 15 janvier 2015 : L’attaque Goldfinger d’une blockchain

– Article : Les blockchains, clefs d’un nouveau monde, Pour la science, pages 86-91, mars 2015.

– Les Ernest, 15 minutes pour changer le monde (Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm) : Le bitcoin réinvente la monnaie. : mai 2014.

– Conférence filmée : Les mathématiques et la cryptographie réinventent la monnaie : le Bitcoin. Espace des Sciences (Rennes) : 7 octobre 2014.

Le Bitcoin, première cryptomonnaie « 1024 » Bulletin de la Société Informatique de France, n°4, pp. 67-104, octobre 2014.

– 16 septembre 2014 : Des calculs complexes et stupides par milliards.

– Article : Quelques idées plus ou moins réjouissantes à garder à l’esprit à propos des bitcoins, sur le site Le coin Coin, septembre 2014

– Article : Les preuves de travail (Bitcoin, Spam, etc.), Pour la science, pages 86-91, avril 2014.

– Interview : Institut Louis Bachelier Le Bitcoin, 23 avril 2014.

– Article : La cryptographie réinvente la monnaie : le Bitcoin., Les nouvelles d’Archimède, n°66 (revue de l’Université de Lille 1), pp. 13-16, mars 2014.

– Conférence filmée : Le Bitcoin, : Déjeuner Technologique, Université de Lille 1, 3 février 2014.

– 17 février 2014 : Cacher les mots de passe

– 7 janvier 2014 : Jeux d’argent en ligne

– Article : Le Bitcoin : une monnaie révolutionnaire, Laboratoire d’Informatique Fondamentale de Lille, janvier 2014.

– Article : Le Bitcoin : la cryptomonnaie, Pour la science, pages 76-81, décembre 2013.

– 15 décembre 2013 : Plaidoyer pour le Bitcoin

Partager: