Prix du bitcoin (moyenne sur 24h)

EUR 7106 € +7.89%
USD 7936 $ +7.93%
CAD 10689$ +7.94%

Bitcoin : Le début d’un nouveau cycle de marché ?

Contextualisation technique :
Du point de vue de l’analyse technique, le Bitcoin est actuellement dans un schéma de tendance haussière classique détecté depuis le début d’année, ici en franchissement d’une résistance majeure (zone 6000-6500$) dans une accélération exponentielle, ce que l’on appelle un FOMO dans notre jargon cryptomaniaque. Les cryptos en général ont été survendues durant la phase de dépression du Bitcoin de la fin 2018, entre 6000 et 3000$, ultime étape d’un schéma de krach de marché. Les acheteurs de long terme se sont positionnés durant l’hiver 2019, et le marché est naturellement remonté, purgé de toutes les forces baissières.

En fait, dans la tranche de 3000 à 6000$, nous n’avions que peu d’historique de marché, ce sont des zones où le Bitcoin n’est pas resté longtemps (à la hausse comme à la baisse), avec très peu de volumes de transactions, donc peu de barrières potentielles, et naturellement nous sommes remontés aussi vite que ce que nous étions descendus. C’est le propre des situations de survente de marché, qui ont tendance à nous faire revenir rapidement dans des zones moyennes, ici 6000$. Le marché, tel l’être humain, aime revenir dans des zones qu’il connaît, qui le rassure, pour se projeter dans l’avenir. Et la tranche des 6000$ semble effectivement remplir ce rôle. Et là, nous l’avons carrément débordée dans une fulgurante poussée jusqu’à environ 7500$, au-delà de toutes les prédictions les plus optimistes. Pourquoi ?

Une « chasse aux stops » ?
Certains pensent que la poussée a été nourrie par une puissante « chasse aux stops » des opérateurs qui se sont positionnés à la vente par anticipation d’une impulsion baissière à partir de la zone évidente des +6000$, selon la conviction que cette poussée n’était qu’un « rebond du chat mort ». Cet argument est probablement suffisant pour la sortie haussière du 2 avril dernier, mais cette poussée là me semble bien trop puissante, face à une résistance de marché majeure, pour que l’explication suffise.

Un décalage de marché provoqué par le Future ?
On peut trouver une autre part de l’explication dans les produits dérivés. Ce genre de mouvements qui « explosent » les résistances techniques, c’est typique des petits marchés avec des produits dérivés facilitant la spéculation, dont le cours est souvent « dynamisé » par des achats/ventes soudains sur le « spot market », afin d’amener le prix du règlement du contrat Future dans une zone « intéressante ».

Il faut rester réaliste, l’un des principaux drivers du cours dans des marchés considérés comme « très spéculatifs » par les institutionnels, ce sont les contrats dérivés. Ce sont eux qui ont été le support déclencheur du krach du Bitcoin en décembre 2017. Dès le lendemain de l’ouverture de la cotation du 1er contrat, le Bitcoin a entamé son krach. C’est la première fois que le marché dérivé drive le prix du « spot market ». C’est la « joie » des produits dérivés qui ne délivrent pas de contrepartie physique, mais qui se règlent seulement en cash…

Comme on dit, nous sommes désormais dans un contexte où « la queue peut remuer le chien ». Pour les hedge funds, c’est pas forcément très coûteux de faire décaler le prix sur le « spot market », et cela permet d’engranger un maximum de gains sur des contrats dérivés à la capitalisation illimitée, là où cela reste compliqué pour eux de mettre beaucoup d’argent dans le BTC « physique ».

En tout cas, la « smart money » ne s’est pas trompée, puisqu’elle a acheté un volume record de contrat Futures courant avril. Vont-ils « rouler le contrat » et prolonger le plaisir, ou prendre leurs bénéfices très bientôt ? Il ne faudra pas s’étonner si le Bitcoin replonge d’ici la fin du mois, qui correspond à l’échéance du contrat.

Mais encore une fois, cette poussée me semble trop puissante pour que l’explication des manœuvres de golden boys ou autre whale games soit suffisante.

Le contexte politico-économique, le catalyseur réel ?
Le vrai catalyseur de fond est à mon avis à chercher dans la situation politico-économique actuelle. Et plus précisément dans le cadre du « trade deal » entre les USA et la Chine, dont la deadline était dans la nuit du 9 au 10 mai et qui s’est soldé par une fin de non-recevoir. Les US vont imposer de conséquentes barrières douanières, et les Chinois vont probablement répliquer par une dévaluation du Yuan Renminbi, et donc engendrer une dévalorisation des actifs.

Cela, accompagné de diverses mesures de contrôle des capitaux de la part des autorités chinoises, va engendrer des mouvements de sortie de capitaux du territoire, et les cryptos en sont un moyen effectif. Ce mouvement haussier du weekend pourrait tout simplement provenir d’opérateurs qui commencent à acheter du Bitcoin, ainsi que d’autres « main alts » (Ethereum, Bitcoin Cash, Litecoin, etc…) en conséquence de tout cela. L’avantage des cryptos, c’est qu’on n’a pas besoin d’attendre le lundi que les bourses et les banques ouvrent pour opérer, le marché étant permanent. Et quand on a des dizaines de millions à bouger, ça laisse vite des traces sur des petits marchés comme les cryptos. En tout cas, les pragmatiques auront remarqué que les mouvements haussiers se sont fait aux « horaires Asiatiques » (entre minuit et 9h chez nous).

Nous avons déjà vécu une situation politico-économique comparable en 2015/2016. Et que s’est-il passé à partir en 2015 ? Stabilisation, puis début du plus gros bull market des cryptos ! Bis repetita placent ?

Mon analyse de la suite :
Si c’est bien ce contexte qui se met en place, on va pouvoir se projeter sur un puissant marché haussier, soutenu par l’afflux massif de capitaux Asiatiques. Et ce, c’est sans parler d’une éventuelle crise financière qui pourrait encore créer des mouvements de marché très catalysés (à la hausse comme à la baisse d’ailleurs). Bref, le plus croustillant est à venir !

Le vrai test désormais, ne sera pas tant de savoir si l’on va continuer à monter et à pousser à 8000$, 9000$ voire à plus de 10 000$, mais si nous allons effectivement tenir la zone support des 5800/6000$, et finalement faire « comme s’il ne s’était rien passé » fin 2018. Le marché est un édifice : l’essentiel est d’abord de s’assurer de la solidité des fondations pour savoir si on peut encore rajouter des étages à l’immeuble ou non.

Une correction de 40 à 50% n’est pas à exclure. Et même plutôt probable ! Les cryptos sont des marchés volatils, et qu’on aille chercher une forte correction pour ensuite remonter tout aussi vite est bien possible. Ce qu’on appelle un « V-bottom » en chartisme. Les gros capitaux vont vouloir prendre des profits à un moment donné, et quand ils sortent, ils exercent de fait une grosse pression baissière sur le marché au vu de leurs conséquents volumes à exécuter. Mais au vu de l’enthousiasme et du nombre d’acheteurs qui estiment déjà avoir « loupé le train » et qui voudront saisir l’aubaine, ainsi que le contexte politique, j’ai à ce jour la conviction que nous ne retracerons pas en-deçà de la zone 4300-4000$. Cela nous maintiendrait dans une dynamique haussière selon la « Loi de Dow », qui veut que lorsqu’on crée un creux de marché plus haut que le précédent, le marché est haussier. Le seul cas d’invalidation serait de commencer à s’établir durant plusieurs semaines sous cette zone.

Quid des particuliers ?
L’électrochoc est bien là. Ce mouvement aura eu le mérite de faire « revenir le chaland », de réactiver l’intérêt des médias et des particuliers. Le seuil des 6000$ est un véritable niveau d’intérêt, c’est lorsqu’on a franchi ce seuil à la baisse que les particuliers avaient capitulés et avaient abandonné l’idée de gagner de l’argent grâce aux cryptos.

Vous aurez remarqué, comme d’un seul coup, via les réseaux sociaux, on a retrouvé la psychologie du « To The Moon », les discours irrationnels et l’euphorie ambiante. C’est ce phénomène de psychologie de masse que j’aime qualifier par le hashtag #Célarepriiiz dans mes threads Twitter, et que mes chers followers connaissent bien et que je salue. 🙂

6000$, c’est la zone du « retour à la normale », un seuil d’acceptabilité général : le particulier est rassuré, revient à l’équilibre sur ses achats passés, et peut se projeter et recommencer à rêver de gains exponentiels. Pour le professionnel, c’est une zone intéressante pour gérer ses risques, l’épicentre d’un monde connu.

Par ailleurs, nous n’oublierons pas que le principal casino à alts (Binance) a dû mettre son système en quarantaine pour cause de hacking. Quand les transferts vont être réactivés, on peut s’attendre à ce que les satoshis se ventilent dans le reste du marché. C’est notamment là où l’on sondera l’intérêt réel des particuliers à revenir jouer, en particulier chez les Asiatiques, qui sont culturellement très « joueurs » et ont un rapport quasi frénétique à la spéculation, face à des Occidentaux plus prudents et plus « moraux » en matière de finances.

En conclusion, nous avons tout simplement amorcé un nouveau cycle de marché, après avoir trouvé notre creux durant l’hiver 2019 et commencé à franchir à la hausse des zones majeures (les 4000$ puis les 6000$) qui donnent une nouvelle structure au marché. Ce qu’il se passe actuellement ressemble in fine à la sortie haussière violente du Bitcoin en octobre/novembre 2015, et qui a signifié l’entame d’un nouveau cycle de marché. Nous soulignerons le fait que l’on retrouve une situation politico-économique et de marché comparable. En tout cas, de grands noms comme Novogratz, Draper, Arrington, Silbert sont convaincus de l’entame de ce nouveau cycle.

Les cryptos ont ceci d’unique, c’est qu’elles sont capables de faire un cycle complet de marché dans une très courte périodicité, chose qui met des années à se réaliser sur les grands marchés (quand les banquiers centraux ne font pas tout pour différer la phase naturelle d’épuration des excès financiers comme c’est le cas actuellement…).

On a parlé du bear market de fin 2013-2015, on parlera maintenant du bear market de fin 2017-2018. Bienvenue dans un nouveau cycle !

 


A propos de l’auteur :

« Je suis un twitto Francophone focalisé sur le marché des cryptomonnaies, yield manager de métier et partiellement trader pour compte propre. Je tiens une revue de marché quotidienne et je creuse et dépatouille avec ma pelle et ma pioche ce monde fascinant pour en sortir quelques punchlines et quelques articles sur mon Medium. » – Maxime Loves Cryptos.

Partager: