Prix du bitcoin (moyenne sur 24h)

EUR 3461 € -6.42%
USD 4068 $ -6.18%
CAD 5116$ -6.96%

Bitcoin peut-il remplacer les institutions financières ?

Notons tout d’abord que la vocation de Bitcoin n’est pas d’exister à la place de, mais à côté des institutions financières. Bitcoin est donc un système complémentaire.

« Les institutions financières agissent pour l’essentiel comme intermédiaires qui mettent en rapport les investisseurs, les emprunteurs et les épargnants et consignent les acquis et les dettes des personnes. En échange de ces services, les professionnels de la finance touchent de très gros émoluments. Ainsi, demander si les salaires énormes des banquiers sont justifiés équivaut à poser la question de la plus-value créée par la médiation financière : une question à laquelle il n’y a pas de réponse simple. Ce qui est clair, c’est qu’en autorisant une plus grande proportion de la richesse d’une économie à être canalisée vers l’investissement et vers d’autres activités économiques productives, un secteur plus efficace des services financiers stimule la croissance économique. 

En d’autres termes, le secteur des services financiers peut être considéré comme une sorte de taxe sur le reste de l’économie. Et étant donné que les coûts élevés des systèmes financiers sont désuets, coûteux et inefficaces, chacun gagne donc à ce que le système financier soit le plus petit possible (à Londres, par exemple, les chèques en papier sont physiquement envoyés d’une banque à l’autre, ce qui signifie qu’il faut 5 à 6 jours pour que les fonds soient transférés). 

L’inefficacité du système financier mondial n’est pas simplement la conséquence de règles et de structures obsolètes : la recherche du profit est également un facteur important. Alors que les autorités britanniques ont récemment annoncé la fin du transfert physique des chèques, le délai de compensation des chèques de deux jours va pourtant rester en vigueur. Étant donné que le traitement des images numériques des chèques par des moyens électroniques est quasi instantané, le maintien de ce délai ne peut s’expliquer qu’à titre de « charge flottante », soit comme l’intérêt produit en détenant de l’argent aussi longtemps que possible. La charge flottante n’est qu’une des nombreuses façons dont le secteur des services financiers tire des ressources de l’économie. La charge de 3 à 5 % prélevée par les sociétés de cartes de crédit s’élève à plusieurs centaines de milliards de dollars de profits par an pour des entreprises comme Visa et MasterCard. Les frais sur les virements et sur l’échange de devises peuvent rapidement grimper à 10 % ou plus par transaction, avec des interruptions et des procédures complexes qui rendent ces services encore plus coûteux. Mais il y a de l’espoir. Avec les innovations lancées par Bitcoin, les frais, les retards et les autres inefficacités qui servent à remplir les poches des services financiers peuvent être largement éliminés.» 

Extrait d’un article de Garrick HILEMAN publié sur project-syndicate.org.