L’inflation dans le monde parallèle de l’INSEE et du BLS (Bureau of labor statistics)

1
240

« Parmi les nombreux indicateurs de l’institut National des Statistiques et des Études Économiques, l’indice des prix à la consommation est l’un des indices les plus consultés. Il est très important car il permet de s’assurer du maintien du pouvoir d’achat du SMIC, des pensions de retraite, etc…

Mais malgré sa haute importance, l’indice d’inflation de l’INSEE est suspicieusement tres opaque. Nous ne savons pas grand-chose au-delà du fait que les prix de plus de 300 000 produits sont mesurés chaque mois dans plus de 30 000 points de vente se situant au sein d’une centaine de grandes agglomérations. La transparence s’arrête là.

Dans cette boîte noire, la hausse du prix de chaque produit est censée être pondérée proportionnellement à son poids dans la dépense de consommation des ménages. Dit autrement, la hausse du prix de la baguette de pain – celle que vous achetez tous les jours – aura plus d’impact que l’inflation de la balle de ping-pong. Très bien, sauf nous ne connaissons pas les pondérations. Pire, 90 % de la liste des prix étudiés est secrète. Cette opacité fait qu’il est relativement aisé de trafiquer les chiffres sans que personne n’y trouve à redire… »

Article de Nicolas Teterel à lire sur thecointribune.com